Il y a quelques mois,  j’ai décidé de me rendre dans la vallée aux cotés des femmes de la vallée de l’Ouémé pour observer leur quotidien.

Arrivé en période de récoltes du maïs j’ai décidé de les aider à la moisson. Je ne m’attendais pas à une promenade de santé mais ce à quoi j’ai été confronté était digne d’un véritable parcours de combattant. Il n’a pas fallu longtemps pour que je comprenne le sourire moqueur de mes acolytes de quelques jours lorsque j’ai proposé de les aider.

Pour rejoindre leurs champs, il nous a fallu marcher sur de nombreux kilomètres, à travers la broussaille parfois. A un moment, nous avons même dû traverser un cours d’eau en portant nos outils sur la tête. J’étais déjà fatigué lorsque nous arrivâmes enfin sur les lieux de la moisson. Et là, surprise, comme si leur énergie leur venait d’ailleurs, mes guides se mirent à l’ouvrage.

Je les suivis, tant bien que mal, tellement leurs mouvements étaient vifs, précis, comme commandés par une force supérieure. A chaque épi qui tombait, c’est un peu de respect en plus que ces femmes gagnaient dans mon estime. Alors, lorsque complètement vanné, nous avons pris le chemin du retour, je me suis mis à penser aux mécréants qui osent marchander le prix du travail de ces moissonneuses battantes, dont les efforts ne seront jamais rémunérés à leur juste valeur. Alors si un jour, il vous arrive d’acheter du maïs dans la vallée, ne marchandez pas, pensez à toutes ces femmes et aux efforts qu’elles fournissent.

Crédit photo: Yanick Folly

Toutes les photos © Yanick Folly – Reproduction interdite sans autorisation.
Pour les photos de tout genre veuillez me suivre sur mon instagram.
https://www.instagram.com/yanickfolly/