Yanick Folly et le paradisiaque Parc de la Pendjari

Le 4 mars dernier, j’ai pris le départ de Cotonou pour le parc de la Pendjari.

L’objectif de mon voyage était, encore une fois, de faire découvrir au monde ces petits morceaux de paradis cachés sur le territoire béninois. Il faut dire que cette fois, je n’ai pas vraiment eu à me fouler. Le parc de la Pendjari est très connu pour ses paysages. Et puis j’avais très envie de voir des animaux dans leur habitat naturel.

Malgré le retard qu’accuse le Bénin sur le plan touristique, le parc de la Pendjari fait partie de nos fiertés nationales. J’avais très hâte d’arriver et de prendre des photos.

En chemin, je me suis arrêté à Dassa pour déjeuner. J’en ai profité pour prendre quelques photos des braves vendeuses de tubercules d’igname.

Après ce bref intermède, j’ai repris le cours de mon voyage en mettant le cap sur Natitingou où je devais passer la nuit à l’hôtel Totora, un magnifique établissement offrant une belle vue sur la nature.

Le lendemain, aux aurores, j’ai fait mes bagages puis je me suis dirigé vers la ville de Tanguiéta, où se trouve le parc animalier.

En chemin, je n’ai pas pu m’empêcher de faire un détour par les célèbres chutes de Tanougou.

Cet endroit que j’ai déjà visité à plusieurs reprises me fait toujours entrer dans une sorte de transe. Même sans mon maillot de bain je n’ai pas hésité à piquer une tête, en caleçon s’il vous plaît. L’eau était si douce et agréable que je n’ai pas senti le temps passer.

Une fois sorti de l’eau, j’ai pris quelques photos et vidéos de ce paysage que je ne me lasse pas de montrer. Les chutes de Tanougou sont si spéciales.

En quittant les chutes j’ai croisé quatre jeunes personnes assez sympathiques :

– Bonjour monsieur Folly le grand aventurier, s’exclame l’une d’entre elles. Quelle chance de vous rencontrer ici.

Je n’en reviens déjà pas que des gens connaissent mon nom à Cotonou où je vis, alors imaginez ici…

– Je vous suis sur votre compte instagram. Franchement pour voir de belles photo de mon pays, c’est ma destination favorite, poursuit mon interlocuteur.

Je lui réponds en souriant que cela me va droit au cœur.

– ça n’a pas l’air facile ce que vous faites pour le Bénin ??. Je vois maintenant les trajets que vous empruntez pour réaliser vos vidéos, reprend un autre membre de ce petit groupe.

Je discute un peu avec eux avant de me diriger vers le parc national de la Pendjari; enfin. Après avoir rempli les formalités pour y entrer, je croise un écureuil. Cette rencontre me fait bien rire car cet animal est l’emblème de l’équipe nationale de football du Bénin.

J’essaie de le photographier, mais ce petit malin est beaucoup trop rapide. Je me dirige vers les buffles et les biches qui semblent être  un peu plus disposés à se laisser photographier.

Après avoir pris quelques photos, je me dirige vers le Pendjari Lodge, l’hôtel situé à l’intérieur du parc, où je passerai la nuit. Il est à 60km de l’entrée, après un trajet qui dure environ 1h45mn

J’y suis accueilli par madame Magalie Lacoste, la directrice.

On m’accompagne dans ma « chambre ».En fait, ce sont des tentes plantées entre les arbres qui offrent une vue incroyable. Et puis, on s’endort bercé par les chants des oiseaux et les cris des animaux. C’est un véritable paradis pour moi. Une fois installé j’allume mon Mac pour transférer les photos que j’ai prises.

Il est temps de me restaurer, je vais au restaurant pour prendre un verre avec Thomas, mon guide.

Il connaît le parc comme sa poche. On discute du programme du lendemain pour savoir à quelle heure je dois me réveiller pour le safari.

Comme il me le conseille, je suis debout à 5H. Après le petit-déjeuner nous prenons le départ.

Juste à la sortie de l’hôtel, nous croisons une hyène en train de dévorer la carcasse d’un buffle.

Elle est dure la nature. Finalement je passerai 3 jours mémorables dans le parc où j’ai vu de très belles choses. Je n’avais plus aucune envie de quitter ce lieu qui m’a fait aimer encore plus mon merveilleux pays. Regardez par vous-même.

 

A NOTER :

Je vous déconseille de vous rendre au Parc National de la Pendjari en saison des pluies. La végétation dense réduit considérablement la visibilité et certains chemins sont impraticables à cause des inondations. De plus, les animaux ne seront pas forcément au rendez-vous aux points d’eau principaux du fait de mares naturelles qui se créent un peu partout grâce à la pluie.

Pour l’hébergement:

Pendant votre séjour dans la réserve africaine du parc de la pendjari vous avez la possibilité de dormir à l’hôtel de la pendjari ou au Pendjari Lodge.

 

Combien cela coûte:

Le tarif d’entrée au Parc de la Pendjari est de 5.000 FCFA  pour les béninois, et de 10.000 FCFA  pour les étrangers, le coupon d’entrée est valable 24h.

Je vous conseille vivement de vous faire accompagner d’un guide qui pourra vous donner des informations précieuses sur les animaux et la région. Il vous en coûtera 10.000 FCFA par jour.

Le Pendjari Lodge est situé au cœur du Parc National de la Pendjari, à 15 km après la mare Bali en allant vers Arly. C’est un éco-lodge respectueux de l’environnement, entièrement alimenté par l’énergie solaire, et offre les prestations d’hébergement et de restauration.

Le Pendjari Lodge dispose de 5 tentes confortables avec salle de bains, douche, WC individuels et une terrasse privative. Les tentes en occupation simple à 50.000 FCFA ou double à 70.000 FCFA la nuitée et le matelas supplémentaire est à 10.000 FCFA la nuitée, auxquels il vous faudra ajouter 1.000 FCFA de taxe de séjour par nuit et par personne.

Un restaurant panoramique avec une belle vue sur une mare est aussi disponible pour l’observation de la faune à partir du lodge. Petit déjeuner est à 4.000 FCFA et le menu complet est à 8.500 FCFA, entrée-plat ou plat-dessert à 6.500 FCFA. (Tarifs actuellement en vigueur)

 

Il est strictement interdit d’utiliser les photos sans mon autorisation